L’humidité sur les terrains de sport

Contexte

humidité terrains de sport

L’humidité est l’une des principales causes de la prolifération des pathogènes sur les terrains de sport. Longtemps traités principalement en curatif plutôt qu’en préventif, les pathogènes ont fini par développer des résistances aux fongicides. Il a donc fallu les renouveler. Pratiquer des rotations. Désormais il semble aussi nécessaire de revoir les méthodes efficaces pour se prémunir des maladies du gazon. Une solution concerne les méthodes préventives comme la gestion de l’humidité.

En effet, toutes les maladies fongiques sont favorisées par une humidité importante. Les gazons jeunes sont donc particulièrement à risque puisqu’ils nécessitent plus d’eau pour se développer et sont plus sensibles aux attaques. Malgré ce risque, de nombreux golfs souhaitent désormais se tourner vers des gazons plus adaptés en raison de la transition environnementale en cours et de l’objectif 0 phyto prévu pour 2025.

C’est pourquoi la question de la gestion de l’eau est désormais centrale, mais comment procéder pour limiter l’humidité foliaire ?

 

Les solutions

Il existe un lien direct entre les pathogènes et la météo. Si les températures optimales peuvent varier, c’est généralement une humidité foliaire prolongée qui permet la propagation des maladies. Les méthodes pour lutter contre l’humidité prolongée sur les terrains de sport sont les suivantes :

  • ™Alciturf. La roche volcanique microporeuse d’™alciturf dispose d’une capacité de rétention d’eau sans effet mouillé à hauteur de 47% de sa masse. Cette capacité de rétention s’explique par un volume des micropores faible. Elle permet une meilleure répartition des volumes d’eau pour la plante. Dans ce cas de figure on privilégiera (dans la majorité des cas) un usage en surfaçage pour réduire l’humidité foliaire de manière uniforme. À l’instar du sable, la qualité de roulement d’une balle sur un terrain amendé avec ™alciturf n’en sera que meilleure.
  • Le sable. Un matériau drainant qui permet de réduire la durée de l’humidité foliaire et ainsi minimiser les risques. Le sable est essentiellement apprécié pour cette capacité mais offre finalement peu d’autres atouts.
  • Les ventilateurs. Ils existent dans différents gabarits et ont tous leurs particularités. Si la rosée est importante, il en faut un certain nombre. Toutefois, on peut constater des irrégularités entre les zones proches des ventilateurs et les zones les plus éloignées comme le milieu du terrain. Les marques de ventilateurs sportifs les plus réputées sont SGL et Aveltex
  • Les systèmes d’arrosage. Ces derniers ne sont ni égaux ni toujours adaptés. Il faut être particulièrement vigilant sur les durées, l’évolution des zones de soleil et d’ombre au cours d’une journée type ainsi que les fréquences d’arrosage. Enfin, pendant les périodes à risque, il est recommandé de privilégier un arrosage local. La récolte de statistiques vous aidera à réaliser cette mission au mieux.

Bien sûr, la combinaison de ces solutions est possible. Elle est même recommandée. Par exemple, lors du surfaçage vous pouvez très bien faire des mélanges d’™alciturf et de sable ainsi que récolter des statistiques autant que faire se peut. La cohérence d’un plan sera toujours un élément déterminant pour la réussite d’un projet.